Poésie et portraits de cochons à Vive le Sujet ! au Festival d’Avignon

par AMELIE BLAUSTEIN NIDDAM publié le 19/09/2019

Poésie et portraits de cochons à Vive le Sujet ! au Festival d’Avignon

Comme toujours aux Sujets à vif, Vif du Sujet ou désormais Vive le sujet !, ce qui est fou ce sont les non-transitions entre les mondes. Changement total d’ambiance pour Sa bouche ne connait pas de dimanche (fable sanguine) de Pierre Guillois et Rébecca Chaillon. L’artiste associé au Théâtre du Rond Point et l’artiste associée au CDN de Normandie-Rouen forment un duo qui détonne sur le fond et la forme. La « Grosse gouine des Caraïbes » et le frêle gay blanc nous basculent dans un autre monde où nage un vrai cochon. Mais les porcs sont ici nombreux à balancer et à faire passer au grill. Dans une allégorie du pire, nous sommes dans une boucherie de province, enfin, on l’imagine. On l’imagine bien en fait. La rue commerçante du village et les regards partout. C’est Chabrol qui rencontre Lynch et comme chez les filles du premier programme, la peinture va couler, comme un sang queer.

AMELIE BLAUSTEIN NIDDAM